Pi’erre Bourne ou la saturation pour mot d’ordre

  5 janvier 2018 à 1:13

  Pluggé par RSV

Pour partager l'article : http://bit.ly/2S6NLBb

Pi’erre Bourne a travaillé d’arrache-pieds pour en arriver là où il en est. Quitter son job aura été sa meilleure décision.

De son vrai nom Jordan Jenks, le jeune homme de 23 ans n’a cessé de déménager d’états en états. Sa mère etait militaire, il se considerait “chez lui” partout où il était avec elle. Lorsqu’il deviendra indépendant, la Caroline du Sud la Caroline du Sud, avant qu’il ne pose ses valises à Atlanta, dans l’état de Géorgie.

La musique comme essence

 

Pi’erre est un véritable passionné de musique. Il a suivi des études d’ingénierie musicale : un programme appelé “studio portable” conçu pour apprendre à enregistrer des artistes pour faire de l’argent rapidement. Cette formation qu’il a suivi à Hustle Gang lui permettra de travailler pour Epic Records. Il quittera le label pour se mettre à produire essentiellement Young Nudy – qui n’est autre le cousin de 21 Savage.

(Dans cette interview, Pi’erre se marre du fait qu’ils se soient rencontrés par l’intermédiaire d’un dealer)

Cette collaboration entre les deux artistes va en quelque sorte fabriquer la recette des productions de Bourne. Même s’il arrive à surprendre avec des prods comme celles de Gummo, le producteur garde une cohérence musicale qui correspond à son univers.

Les ambiances qu’ils créent sont des atmosphères, elles empruntent le plus souvent les tonalités des bandes son des jeux vidéos. Peu de “véritables instruments” sont utilisés si ce n’est la flûte ou le piano (the keys).

Pi’erre est spécialiste des hit-hats aiguisés et des infrabasses. Ces mélodies sont simples afin de laisser le rappeur mieux s’approprier la prod. La voix et les ad-libs s’incorporent tellement bien dans l’ensemble qu’ils deviennent des instruments…
Fait important : malgré son background d’ingénieur du son, ses instrumentales paraissent brutes et saturées – une démarche qui est voulue et affirme son style : la saturation pour mot d’ordre.

*Yo, Pi’erre you wanna come up outta here ? *
(Yo, Pierre tu veux venir par ici ?)

Peu d’artistes ont la chance d’avoir porté autant de casquettes que Pi’erre dans l’industrie.
Producteur, ingénieur, artiste (puisqu’il rappe aussi), rouleur de blunt (Un artiste a souvent besoin d’un ami, rouleur de spliff pour l’accompagner en studio. Ces personnes jouent le rôle de l’oreille extérieure. Elle a du détachement par rapport à la musique puisqu’elle n’en fait pas) et enfin Directeur Artistique.

Souvent cachés dans l’ombre, les producteurs jouent beaucoup le rôle de D.A pour les artistes. Que serait un Ice Cube sans un Dr Dre, une Missy Elliot sans un Timbaland, un 21 Savage sans un Metro Boomin ou encore des Young Nudy ou Playboi Carti sans Pi’erre Bourne ?
On peut penser que les autres artistes qui évoluent sans producteur principal évoluent parfaitement sans. C’est vrai, mais la présence d’un compositeur “attitré ” sublime l’univers de l’artiste et donne naissance à des collaborations épiques.
En France, on peut citer les collaborations de Lacrim et Dj Kore ou Alonzo et Dj Kore (dans l’album Avenue de St Antoine) ou Therapy et Booba (Kaaris par la suite)

On peut dire que Pi’erre Bourne a participé à la création du phénomène PlayBoi Carti en lui créant une véritable identité musicale car le rappeur ne sonne pas pareil lorsqu’il est “mal produit”.

Musique Vie, Charbon Vie

 

Pi’erre a la musique dans la peau tout comme Jason Bourne à la mémoire dans sa peau. Son nom d’artiste n’est donc pas fortuit. Il s’évertue à produire 10 instrus par jour et se filme souvent sur Instagram pendant leur création.

J’ai toujours été dans la musique. Je pense que mon oncle m’a montré comment téléchargé de la musique quand j’étais à l’école primaire. Il m’a dit – pour trouver un beat, écris instrumental et tu rajoutes ton son favori : ensuite tu peux télécharger cette m**rde.
Je pense que j’ai grandi pendant le boom de l’informatique. Tout ne cessait d’évoluer et de devenir de plus en plus performant. Je voulais rapper au début mais je ne savais pas comment enregistrer correctement… Mes premiers beats étaient terribles. Mes amis me disaient – C’est quoi cette merde ?
Et moi je leur répondais – Ferme ta p*tain de bouche. Je ne fais que commencer. Je deviendrais le meilleur. Allez vous faire…”

Concernant sa relation avec Carti, il explique qu’il ne se connaissent que depuis février dernier :

Si je n’aime pas ton énergie, je ne vais pas forcer le contact. La première fois que je l’ai vu il avait le paquet de Backwoods (cigare à rouler) violet. Mon préféré ! Et j’ai dit : Yo, on va devenir meilleurs potes. On s’est mis bien et il m’a dit qu’il était du signe astrologique Vierge. Je remarque que beaucoup de mes amis ont ce signe astro, qui est le même que le mien. Je suis bien avec eux parce que je sais comment ils sont même sans les connaître. Je ne suis pas vraiment dans ce délire d’astrologie. Young Nudy n’est pas Vierge et il est super cool. Par contre, Famous Dex, Carti et Yachty le sont.”

Maître de la saturation, Pi’erre Bourne carbure sans relâche avec la musique pour essence. 2018, sera “son année” comme il le dit. La nouvelle étape pour lui sera de s’imposer en tant que rappeur.
Son premier album, The life Of Pi’erre 4 sortira au mois de Février.

 

Retrouvez la cover et la tracklist partielle

(Toutes les déclarations citées sont issues de son interview Fader de juin 2017 : http://www.thefader.com/2017/06/30/pierre-bourne-beat-construction-interview-magnolia

A lire aussi ...