Isha a renversé la Maroquinerie !

  4 octobre 2018 à 2:21

  Pluggé par Osain Vichi

Pour sa deuxième date à Paris cette année, après la Boule Noire en avril dernier, Isha a déversé ce mardi 2 octobre ses meilleurs flows pour inonder la salle du XXe arrondissement.

Les Alchimistes font mal

Il est 20h30 passées. Alors que la Maroquinerie se remplit peu à peu, le binôme bruxellois œuvrant sous le nom des Alchimistes débarque en trombe sur scène pour offrir une première partie intense et fiévreuse. Intenables et enragés, Ruskov et Rizno interprètent sans défaillir les quelques ACIDE, M’AIDER, SCT, ADDAMS, Poutinos et Mauvais Garçon. Cette noirceur viscérale plonge alors les fans désormais nombreux dans un cercle vicieux, hanté par des cris glaçants et autres formulations nihilistes.

“Cracheur de feu est un métier”

Suite à ce déferlement rageur et expressionniste, l’obscurité reprend ses droits avant qu’Isha ne vienne jouer les trouble-fêtes, accompagné de son backeur Stan. L’imparable Oh Putain ouvre le chemin pour le trident Le Salon de l’auto – Colette – Yipiya, issu de son premier projet La Vie Augmente, Vol.1. La température est montée de quelques degrés tandis que Stan prend les commandes d’un warm up bref mais tout aussi brûlant. Puis, Justifié nous écrase de tout son égotisme narratif et de toute son intensité sonore.

Après cette introduction éprouvante, Isha tempère avec un inédit de LVA3 (La Vie Augmente, Vol.3), construit sur une instru afrotrap mécanique et rugueuse, pour mieux relancer sa machine infernale avec les exacerbés Tony Hawk, 243 Mafia ou encore L’augmentation, Pt.2. La force laisse place à l’émotion lorsque Rien et Mpm retentissent, ce dernier, hommage à un père disparu, reste un moment tant émouvant que puissant.

Il est temps pour l’élevé Au grand jamais de transcender une foule surchauffée, en sueur au cœur de cette entonnoir qu’est la Maroquinerie. Malgré une chaleur déjà étouffante, les degrés ne cessent de monter avec l’entêtant Tosma, le tumultueux Domamamaï et le retour triomphal d’Oh Putain, en compagnie des Alchimistes en prime. Les lumières s’éteignent soudainement et le silence revient mais c’est sans compter la générosité presque maladive du cracheur de feu bruxellois. L’abrasif Tout Niquer parachève un live tonitruant et rappelle qu’Isha est inévitablement l’un des meilleurs performeurs du rap francophone.

Photos by Osain

A lire aussi ...